L’Hérésie

L’Hérésie à Durk

Loi

Il y a encore quelques semaines, Durk était une ville calme et prospère, malgré quelques troubles liés à des tribus gobelines. Tout à changé lorsque le Prince vendit son royaume à Meöskrel.
Depuis des siècles, la ville de Durk survivait et grandissait sur cette île sauvage et mystérieuse, unique bastion civilisé au milieu des plaines du nord. Mais notre Prince a décidé de conquerrir le sud de l’île et de rompre avec les supertitions maléfiques qui retenaient ses prédécesseurs.
Comment expliquer alors qu’il ait soudainement et secrêtement décidé de vendre son île, sa ville et de renoncer à ce projet prometteur? Pourquoi Meöskrel, le nouveau Prince, a-t-il choisi notre île pour sa retraite?

Quoi qu’il en soit, tout changea très vite. L’arrivée de Meöskrel, les nouveaux horaires de la garde, la hausse des soldes, les promotions… Le nouveau Prince savait gâter ses protecteurs. La transition semblait profitable à nos hommes et j’en était content.

Peu de temps après, j’appris l’existance de mines dans les collines. On disait qu’on y trouvait des gisements de pierres magiques, protégées par des voyageurs ayant élu domicile au nord-est de l’île. Ceux-ci, disait-on, possédaient des pouvoirs magiques étrangent, et présentaient des signes de métamorphoses « démoniaques ». Le Prince les convoqua pour leur proposer un accord d’exploitation pour les mines. Mais à peine avaient ils franchi les murs que la guilde des chasseurs de sorcières les liquida.

Personellement, je me demande si Meöskrel avait choisi ce plan. Toujours est-il que quelques-uns réussirent à fuir et bâtirent une guilde secrête cachée sous la ville. C’est en tout cas ce que prétendent les chasseurs de sorcières. Ils disent que les hérétiques démoniques convertissent à leur cause les habitants pour répandre le Chaos sur l’île. Certains vont même jusqu’à dire que c’est la malédiction de l’île qui frappe Durk, condamnée d’avoir voulu atteindre le Sud.

La Juste Colère naquit de cette traque sans merci des hérétiques. Tous les « scelleurs », comme on les appelle, furent brûlés vifs. Amis, proches, familles; Rys Qän brûlait tout. Au nom de la justice et de la foi, les chasseurs de sorcières mettaient la ville à feu et à sang. Grand horateurs et fiers protecteurs, les chasseurs de sorcières obtinrent la faveur du peuple. C’est pour cela, sans doute, que Meöskrel décida de nommer Rys Qän à la tête des armées.

Moins d’un dixième des miliciens décidèrent de démissioner. Moins du centième sont encore là pour en parler. Ils fûrent brûlés avec les scelleurs.

Nous, nous étions déjà à la lisière de la forêt quand la milice découvrit notre absence. Je laissait seulement une lettre à Meiley en lui recommandant de ne pas m’envoyer de murmure magique avant 7 jours pour ne pas être repéré.

 

La Cape

La Cape, c’est le nom de la guilde rebelle qui protège les hérétiques. Du moins, c’est ce que m’a dit un des miliciens avec qui j’ai fui. Il semblait en savoir plus mais il n’est jamais sorti de la forêt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s